18 mois après son installation au jardin, mon petit camélia "Donation" a déjà 2 branches de moins.

Initialement installé dans un coin envahi par les mauvaises herbes, je pensais qu’il avait du mal à y faire sa place. Avant les beaux jours, je l’ai donc déplacé dans un endroit plus ombragé, abrité du vent, le pied dans une bonne terre de bruyère. Il y a perdu sa dernière branche…

Lorient2008_0416_153839AAIl m’était impossible de me résoudre à perdre ce cadeau de ma petite maman. Je me suis donc mise à l’observer, le scruter, le détailler pour finalement apercevoir des traces de fumagine (tâches noires) et bien évidemment des cochenilles sur le revers des feuilles restantes. Et oui… après tout ce temps, il s’est également déplumé, le pauvre !

Si vous vous demandez à quoi peuvent bien ressembler les cochenilles, et bien disons qu'une graine de tomate cerise aplatie serait assez proche de leur allure :-)

Décidée à le sauver, me voila partie dans une jardinerie pour dégoter le produit miracle, qui viendrait à bout de ces bébêtes… mais, hannnnnn ! Incroyable ! pour débusquer les intrus il me fallait débourser une somme importante, utiliser des produits agressifs et faire une préparation digne d’une haie de 10 m ! Grrrrrrrr !

Je demandais avec le sourire au vendeur si une petite préparation maison pourrait venir à bout de cette micro invasion… Baissant les yeux, baissant le ton, il me confessait qu’il n’y avait rien de plus simple que d’utiliser de l’huile (de colza par ex) pour asphyxier les cochenilles.

Armée d’un coton-tige et de ma bonne bouteille d’huile de cuisine je partais à l’assaut de l’ennemi.

15 jours plus tard, le camélia nous offrait sa dernière fleur. Il semble requinqué et prêt à vivre une nouvelle vie ! Youpi !

Quant à son port, je me console avec l'idée de le laisser pousser sur tige (ben oui il a perdu toutes ses ramifications). Rendez-vous dans quelques années pour voir le résultat !